M. Libânio, Kaori, Vale do Juliana, tous trois “Brésil” n’ont rien à envier au Ceylan et à l’Hacienda El Rosario-Venezuela, tout aussi délicats, d’ailleurs.

Les 24 grands crus du chocolat Bonnat

Éditorial - 01 févr. 17

Je ne résiste pas à mettre mon grain de sel pour vous parler du chocolat Bonnat que je connais et vénère depuis… des lustres ! Comment ne l’avais-je pas fait plus tôt ? Bonnat fait du vrai chocolat, en tablette, avec l’origine, des crus, en somme, comme les vins de cépages. Vous en dégustez religieusement un, deux carrés au plus –oh, allez, trois !–, et les laissez tapisser votre palais… [Un article non sponsorisé, parce que, quand on aime, pourquoi ne pas le dire?]

Bonnat, c’est une longue et belle histoire commencée en 1884 avec Félix Bonnat au 8, cours Sénozan à Voiron (Isère)et qui se poursuit toujours au même endroit, avec la troisième et la quatrième génération qui perpétuent la tradition de qualité, qui a fait toujours la réputation de la maison Bonnat.

Tous leurs cacaos arrivent sous forme de fèves des meilleures plantations du monde, sur plusieurs continents, pour être torréfiées et transformées à Voiron en chocolat de différentes saveurs, aux pourcentages d’ingrédients équilibrés et sans lécithine de soja.

Les grands crus historiques et les grands crus d’exception sélectionnés par Stéphane Bonnat sont des tablettes de chocolat haut de gamme, issues de véritables terroirs, aux caractéristiques uniques, sans aucun assemblage avec d’autres cacaos.

Voici donc un passage en revue des trésors que nous offre la maison Bonnat et que je souhaite partager avec vous.

Les grands crus historiques créés par Raymond Bonnat en 1983

Équateur (4,30 €) Un parfum subtil et délicat dans lequel on devine un arrière-goût de fleurs et de miel. «Lorsque je me rends en Équateur, je sais que je suis sur un terroir primordial. Nos partenaires planteurs sont les Tsachilas, qui se nomment eux-mêmes “los colorados”. En travaillant avec eux, nous partageons la science ancestrale des “couleurs” du goût, et toute la richesse qu’un chocolat peut exprimer, la force et la personnalité des Grands Crus de pure origine», commente Stéphane Bonnat.

Côte d’Ivoire (4,30 €) Classique, léger, parfumé Nous avons sublimé les qualités classiques du cacao ivoirien, l’univers de teintes et de parfums de son terroir, la grâce patiente et attentive de ses planteurs, sous l’éclat du ciel africain.

Madagascar (4,30 €) Blond, doux et fruité, très équilibré, notes suaves et fruitées, surprenantes et toujours justes.

Puerto Cabello (4,30 €) Très fin et tonique, il parfume longtemps le palais. Porte du Venezuela, depuis quatre cents ans, Puerto Cabello est le haut lieu du commerce du cacao avec l’Europe. D’où un esprit de solide coopération avec des planteurs très expérimentés.

Hacienda El Rosario (4,30 €) Merveilleux cacao avec une multiplicité des parfums délicats, puissants et sensibles à la fois. Pour amateurs éclairés. Bonnat est présent depuis très longtemps au Venezuela, à la recherche du goût parfait, toujours plus près de l’idéal chocolatier.

Chuao (7 €) Puissant et chaud, grand cru des grands crus, incontestable numéro 1, la référence absolue des amateurs de chocolat haut de gamme. Favorisés par un terroir et un climat uniques au Venezuela, entre océan et montagne, les planteurs cultivent leur “forêt magique” avec simplicité, fierté et compétence.

Trinité (4,30 €) Un “must”, son parfum devient de plus en plus prenant au palais. Proche du Venezuela, l’île de La Trinité est l’ultime perle des Antilles. Le Grand Cru Trinité déploie ainsi la vitalité et la lumière de sa terre de naissance.

Les grands crus d’exception

Chuao Village (7,90 €) Récoltées à la périphérie directe du village de Chuao, ces fèves sont issues d’un mélange harmonieux des cacaoyers qui font du Venezuela un pays phare de la culture du cacao de très grande qualité. Très homogène, ce chocolat vous propose une symphonie gustative et olfactive qui ne pourra que satisfaire les amateurs de chocolat artisanal et de sensations délicates.

Vale do Juliana - Brésil (6,40 €) La plantation Juliana est située au cœur de la zone protégée de Pratigi au Brésil. Depuis vingt ans, les planteurs se sont lancés dans une sélection rigoureuse des meilleurs cacaoyers pour obtenir de nouveau la qualité qui a fait du cacao brésilien une référence gustative dès le XIXe siècle. Ce chocolat vous offrira la finesse des parfums fruités de la terre brésilienne.

Kaori - Brésil (6,40 €) Issues des terres fertiles et parfumées, les fèves qui composent ce magnifique chocolat, créé en 2015, expriment des parfums doux et ensoleillés, ronds en bouche. Mon préféré.

M. Libânio - Brésil (6,40 €) Les terres sur lesquelles se situent les cacaoyers de cette plantation sont nichées au creux de la région du littoral de Bahia. Issues des premiers Trinitarios brésiliens, conservés avec passion par les planteurs de l’association, les fèves, récoltées avec un respect environnemental poussé, donnent un chocolat suave avec, en fonction des récoltes, un petit parfum de café et de fruits rouges.

Maragnan (7,90 €) Considéré comme disparu pendant près de trente ans, le cacao Maragnan a été miraculeusement retrouvé dans une petite fazenda brésilienne en 2012. Seuls 27 cacaoyers ont été épargnés par le “balai de sorcière”, maladie qui a pratiquement éradiqué le cacao du Brésil dans les années quatre-vingt. Stéphane Bonnat s’est associé aux planteurs de la région du Para pour faire renaître la culture de ce cacao fin historique. Ce cacao légendaire offre ses parfums envoûtants et puissants, mais il distille également de délicieuses notes florales, fruitées et parfumées.

Cacao Real Del Xoconuzco (7,90 €) Premier cacao connu pour avoir été cultivé de façon régulière par l’homme au Mexique, le Real Del Xoconuzco était destiné aux empereurs des civilisations précolombiennes pour leur force et courage. C’est aussi le premier à traverser les océans pour réjouir les palais des cours européennes. Difficiles à cultiver, les cacaoyers de Xoconuzco furent peu à peu délaissés en dépit de leurs fantastiques parfums. Pour la première fois depuis 1850, ce cacao est à nouveau utilisé pour vous proposer de découvrir ses parfums envoûtants, ses saveurs exceptionnelles et son histoire si liée à la nôtre.

Porcelana (7,90 €) Cacao rarissime dont la récolte annuelle, inférieure à 1 000 kilos, provient d’une plantation ancestrale du Venezuela. Son nom est lié, fait unique, à la couleur de ses fèves blanches comme la porcelaine. D’un parfum très équilibré, il offre les saveurs complexes du terroir du lac Maracaibo, puissance aromatique et délicatesse gustative. Ce chocolat saura combler tout amateur d’exception.

Apotequil (7,90 €) Ce cacao de type Porcelana est récolté au Pérou, très proche du véritable Porcelana vénézuélien, il est sans doute arrivé dans cette région grâce aux échanges commerciaux des civilisations précolombiennes. Ce chocolat est non seulement une véritable rareté, mais il apporte en plus des sensations gustatives rares tant elles sont complètes, allant des douceurs florales à la puissance des terres péruviennes.

Cacao Cusco (6,40 €) Sans doute l’un des plus anciens cacaos récoltés par l’homme. Dans la région amazonienne du Pérou, proche de la Vallée sacrée des Incas, les cacaoyers offrent des fèves riches en parfums délicats, avec de subtiles notes de sucre de canne pour terminer sur un fort goût de cacao.

Piura Blanco (6,40 €) Le cacao de Piura est de type Criollo à fèves blanches provenant directement de la vallée de l’Alto Piura au Pérou. Récolté en altitude sur les flancs de la montagne par douze organisations de petits producteurs formant la communauté Quémazon, ce cacao offre un chocolat clair aux saveurs acidulées.

Los Colorados - Équateur (6,40 €) Créé en 2015, fruité, floral, ce grand cru est tout en douceur et suavité. Rare cacao sylvestre récolté par les indiens Tsachilas, qui se nomment eux-même Los Colorados (les colorés).

Madagascar 100% Criollo (7,90 €) Ce chocolat à 75 % de cacao est composé exclusivement de fèves criollo. Ce cacao est si rare qu’une quantité de fèves inférieure à 1 000 kilos, seulement, est récoltée pour la maison Bonnat, sur une surface de près de 6 000 hectares de cultures. Très original, ce chocolat représente une expérience gustative unique pour tout amateur cherchant la rareté et l’exception.

Cuba (6,40 €) Le soleil est vraisemblablement prisonnier de ce cacao qui enchantera vos sens par sa richesse et ses changements dignes des rythmes les plus endiablés. Passant de la puissance parfumée des cacaos de qualité, à la douceur de la mer des Antilles et des fleurs délicates, le cacao Cuba révèle bien des surprises qui vous raviront.

Haïti (6,40 €) Cacao riche et parfumé vous offre des saveurs très chocolatées qui glissent vers une pointe acidulée d’agrumes. Récolté par des planteurs aidés par l’Association des vétérinaires sans frontières, votre plaisir gustatif soutient, avec la chocolaterie Bonnat, un programme économique et social d’envergure.

Les grands crus au lait

Parce qu’on a tort de se détourner du chocolat au lait, moins chargé en cacao, mais parfois très fins s’ils ne sont pas trop sucrés.

Asfarth (4,30 €) Ce cacao à casse claire récolté à Sumatra donne un chocolat aux parfums doux et floraux.
Java (4,30 €) Ce cacao à casse claire de l’île de Java, puissant et aromatique, donne un chocolat aux parfums envoûtants.
Surabaya (4,30 €) Ce cacao à casse claire récolté dans la partie est de l’île de Java vous offrira des parfums doux et intenses, très rarement associés à un chocolat au lait.

Chocolat Bonnat
8, cours Senozan
38500 Voiron

Points de vente :
La Grande Épicerie
38, rue de Sèvres
75007 Paris
(Métro Sèvres-Babylone)
Du lundi au samedi de 8h30 à 21 heures

Lafayette Gourmet
35, boulevard Haussmann
75009 Paris
(Métro Chaussée-d’Antin)
Du lundi au samedi de 9h30 à 20h30, dimanche de 11 à 19 heures

… et chez les bons chocolatiers-confiseurs et épiceries fines.

À La Grande Épicerie du Bon Marché, les tablettes Bonnat exposent la variété de leurs richesses. Un choix cornélien.
Au Lafayette Gourmet, les tablettes sont dans l’autre sens et sont plus nombreuses. Mais il manque quelques mots d’explication pour guider l’amateur.

2 commentaires

Marianne 08 févr. 17

La découverte du chocolat Bonnat a commencé avec l’arrivée d’un petit colis, au fond duquel une amie bien intentionnée avait glissé trois “échantillons”. Après le plaisir des yeux (mention spéciale pour les emballages bleus et jaunes du meilleur effet), celui du palais. Le chocolat – noir du Brésil, en l’occurrence – est très goûteux et peu sucré ; idéal avec le café après le déjeuner. Reste maintenant à mettre le cap sur d’autres destinations (Équateur, Côte d’Ivoire, Madagascar… le choix est large) pour découvrir de nouvelles notes. Merci Marie pour cette énième découverte.

Michelle 23 mars 17

Une belle découverte ces chocolats, merci tous ces informations,  bon jeudi.

Publier un commentaire